On dit que chaque maison recèle un trésor. Ne croyez pas que je vais vous raconter que j’ai trouvé des lingots dans un mur, ou que j’ai parodié une émission de téléréalité de M6 et gagné des centaines d’euros en vendant en salle des ventes tout le fatras que je gardais de déménagement en déménagement…

Quoique…j’écris ce billet pour me reposer d’une journée de marché aux puces comme vendeur cette fois, et devant chez moi. Et la journée a été assez fructueuse en fait puisque les frais d’inscription ont été largement remboursés. C’était notre objectif ce matin avec Mme Recrafteuse, puisque la météo nordiste, si clémente, voire caniculaire hier, de ces dernières semaines avait pris son dimanche. Ce pauvre parasol confectionné avec dévotion par les moines de l’abbaye de Leffe (ah non ?) peinait à retenir de grosses gouttes poussées par le vent de travers…

Mais je m’égare (surement une infection au bacille de Klobb), ce n’est pas de ce trésor que je parle, mais de celui-ci :

 P6050355

Cette caisse (ainsi que la boite de riz dont je vous parlerai prochainement) dormait au fond de la cave depuis des années…et m’attendait en fait !

boite___outils_s_pia

Même si je n’ai pas encore fait l’inventaire de son contenu (ce sera l’objet d’un prochain billet) je suis déjà très heureux. J’ai trouvé tout de suite des rabots visiblement prévus pour faire des rainures et languettes, qui s’appellent (sous réserve de recherches plus approfondies) des guillaumes, des bouvets, ou autres rabots à gorges selon ce site d’un menuisier passionné. Il y a aussi une égoïne ancienne (peut-être une scie passe partout), une fausse équerre, des limes et des vieux tournevis, une truelle en forme de feuille, et un trusquin, outil en bois constitué d’une tige carrée sur lequel coulisse une platine carrée en bois de 20 cm de côté et qui sert « pour le traçage de lignes parallèles au bord de la pièce de bois et plus particulièrement pour le traçage des tenons et des mortaises.» Ne serait-ce que pour le voyage dans le temps, c’est déjà un bonheur !

 Il ne me reste plus qu’à nettoyer tout cela et essayer d’affuter les fers. (Rendez vous dans un prochain billet)

Si vous connaissez ces outils anciens, merci de laisser un commentaire sous ce billet. Toute information est la bienvenue.